Mesdames

Alumni Article publié le 08 mars 2021 , mis à jour le 08 mars 2021

Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade, diplômé de l’Université Paris-Saclay, rend hommage aux femmes qu’il aime dans un album baptisé « Mesdames »

C’est un de nos diplômés qui revient souvent sur le devant de la scène (dans tous les sens du terme) mais son talent mérite le détour. On ne présente plus Grand Corps Malade alias Fabien Marsaud, slameur, poète, auteur-compositeur-interprète et réalisateur français mais aussi diplômé de l’Université Paris-Saclay et de la Faculté des Sciences du Sport avec un Master 2 en Management du Sport. A l’occasion de la Journée Internationale des droits de la femme, qui se tient chaque 8 mars, nous mettons à l’honneur son dernier album « Mesdames ». Si vous ne l’avez pas encore écouté, c’est le moment !

Crédit photo : Grand Corps Malade

Douze titres pour rendre hommage à la gente féminine

Douze titres consacrés aux femmes et autant de duos enregistrés aux côtés d'artistes comme Véronique Sanson, Louane, Laura Smet, Camille Lellouche, Camille Bertholet, mais aussi d’autres chanteuses comme Suzanne, la rappeuse Alicia, la slameuse Manon ou encore la mystérieuse Amuse-bouche ... Grand Corps Malade s'est lancé dans l'écriture de textes spécialement conçus pour chacune d'entre elles. L’album n’est pas composé a cappella comme il en a l'habitude, mais mis en musique par le DJ suisse Mosimann.

Avec cet album, on devine la maturité d'un père de famille de 42 ans. « Voir une femme enceinte, assister à un accouchement, cela décuple l'admiration que l'on peut avoir pour les femmes ». « Pour cet album, je voulais uniquement des duos avec des femmes, leur parler, les laisser parler, les entendre, les mettre à l’honneur ». Pour Grand Corps Malade l’album est « une déclaration d’amour pas si naïve que ça, parce qu’il y a des inégalités acceptées depuis trop longtemps et qu’il faut que ça change. Je force peut-être le trait mais elles le méritent. ». Un recueil de chansons-hommages aux femmes, « nos muses », « nos mères », « nos sœurs ».

Honneur aux dames : qui sont les femmes qui chantent en duo avec Grand Corps Malade ?

Pour choisir ses invitées, Grand Corps a fonctionné au coup de cœur, prenant soin de mélanger les genres, les générations avec des chanteuses stars et d’autres moins connues. « S'entourer de chanteuses ou plutôt les accompagner, pour leur laisser la place ». Grand Corps Malade n'est jamais arrivé avec un texte clé en main. « Pour la plupart des femmes présentes sur l'album, on s'est vu, et une fois ma proposition de duo acceptée, on se demandait : alors, de quoi on va parler ? », raconte l'artiste.

Camille Lellouche, humoriste et comédienne lui offre le duo rempli d’émotion « Mais je t’aime », qui est devenu l’un des succès du moment. « Je savais que Camille chantait divinement bien et qu’elle avait un projet d’album qui va peut-être s’accélérer. Quand j’ai pensé à un duo avec elle, elle m’a dit qu’elle avait des bouts de textes et elle s’est mise au piano pour me jouer sa petite valse. J’ai été emballé. J’ai écrit ma partie pour répondre à ses couplets. Et voilà… » explique Grand Corps Malade.

Avec Louane, ce sont deux générations et deux univers qui se rencontrent avec les fans des deux artistes au rendez-vous. « Derrière le brouillard » est une chanson qui revient sur les drames de la vie et la musique qui aide pour se relever.

En discutant avec Véronique Sanson, c’est l’idée et l’envie de rendre hommage aux sœurs. « Plus qu’un repaire sans avoir l’air, elle est forte en douceur », les deux artistes ont eu envie de saluer le rôle de leurs grandes sœurs dans leurs vies et leurs parcours.

Avec la chanteuse Suzane, il compose « Pendant 24 h », une chanson pour se mettre dans la peau du sexe opposé. Le temps d’une chanson, Grand Corps Malade devient Suzanne et vice-et-versa, donnant naissance à un clip à la fois drôle et touchant.

Avec les sœurs Berthollet, Camille et Julie, sa voix grave rencontre les cordes des deux musiciennes classiques. « Pour rêver le lendemain, on a pris d'autres chemins » chantent ils en chœur.

Avec l’actrice Laura Smet, il invente un dialogue cinématographique sur une rencontre qui n’aura finalement pas lieu lors d’une soirée où chacun s’épie un verre à la main sans oser faire le premier pas. Pour le titre « Un verre à la main », Laura Smet ne chante pas mais sa narration permet à cette histoire de rencontre contrariée de défiler façon pellicule de film. « Je voulais une actrice, pour les côtés glamour et cinématographique de ce texte. Laura Smet, ça l'a beaucoup amusée cette idée, elle était hyper-enthousiaste, j'ai découvert une femme presque impressionnée qui avait un peu le complexe du père. Elle a tellement aimé ce texte qu'elle m'a proposé de réaliser le clip ».

En jeunes invitées, on découvre la rappeuse Alicia sur le morceau « Enfants du désordre ». L’album met à l’honneur, la très jeune Manon, slameuse découverte lors d’un concours de slam. Leur duo « Confinés » confronte les regards d’un homme de plus de 40 ans et d’une adolescente de 15 ans sur la situation actuelle avec la différence de génération et de rythme de vie. La mystérieuse « Amuse-bouche » et sa voix samplée, qui évoque les chanteuses de l’avant-guerre, revient sur le néant des relations éphémères homme – femme.

Veuillez accepter Mesdames ces quelques mots comme un hommage
À votre gente que j'admire qui crée en chaque homme un orage
Au cinéma ou dans la vie vous êtes les plus beaux personnages
Et sans le vouloir vous tenez nos cœurs et nos pensées en otage.

Paroles de Mesdames, Grand Corps Malade

Article-Interview de Sabine Ferrier,
Chargée du réseau des diplômés de l’Université Paris-Saclay,
Direction de la Formation et de la Réussite

Pour toute information sur le réseau des diplômés de l’Université Paris-Saclay, vous pouvez contacter Sabine Ferrier, chargée des relations diplômés à la Direction de la Formation et de la Réussite :

alumni.upsaclay@universite-paris-saclay.fr
01 69 15 33 29
Bâtiment 330, Campus d’Orsay.