Séance 7 : Qu'est-ce que valider un fait en économie ? En quoi la théorie est-elle utile dans ce but ?

04/08/2021 02:00 pm 04/08/2021 03:30 pm UTC Séance 7 : Qu'est-ce que valider un fait en économie ? En quoi la théorie est-elle utile dans ce but ?

Intervenantes :

Ariane Dupont-Kieffer

Historienne de la pensée économique et économiste des transports, Laboratoire PHARE, Université Paris 1

Quels rapports la théorie économique entretient-elle avec les faits ?

Résumé :
L’objet de cette présentation est de suivre comment, à partir de l’entre-deux-guerres, les recherches économiques opèrent une conversion empirique en référence à une conception particulière de la démarche de la connaissance qui établit comme critère de scientificité le recours aux faits. La construction des faits économiques passe par l’observation. La description précise permet les comparaisons dans le temps et dans l’espace. Une construction plus élaborée des faits passe par les expériences en laboratoire et la mise en place de routine d’observation.

Le premier pas de Ragnar Frisch, fondateur de l’économétrie et premier prix Nobel en Economie, a ainsi eu des conséquences importantes après la seconde guerre mondiale au point que certains y ont vu un véritable « tournant empirique » en économie (Cherrier et Backhouse, 2017). Selon cette interprétation, les économistes se sont progressivement détournés des questions théoriques pour donner une place de plus en plus grande aux analyses empiriques. Ce faisant, ils ont multiplié les méthodes pour disposer de données et les traiter : développement de l’économétrie sur données d’enquête, recours à des expériences en laboratoire, recours à des expériences contrôlées, étude des données historiques autour de la cliométrie, fondation de la méthode du récit analytique etc.

Ces différents types de collectes de données supposent des opérations de codage, d’établissement de conventions et de définitions qui créent un espace de commensurabilité[1]. C’est dans cet espace que l’économiste évolue et se repère. L’objectivité de son travail s’appuie alors sur sa capacité à produire des mesures des phénomènes économiques et sociaux. Cette quête d’objectivité répond plus fondamentalement à une quête du « vrai » et de lois régissant le monde, en se dégageant de toute explication métaphysique.

------------------
[1] Sur cette question, voir Desrosières (1993). Alain Desrosières est l’un des grands historiens français des statistiques et son ouvrage La Politique des grands nombres, reste la référence sur l’histoire de la construction des statistiques modernes.

--------------------

Agnès Labrousse

CRIISEA (Centre de recherche sur l'industrie, les institutions et les systèmes économiques d'Amiens), Université de Picardie - Jules Verne.

De la biodiversité intellectuelle en économie. Pluralité des programmes de recherche et des rapports aux faits

Résumé :
Cette présentation propose de mettre en lumière la pluralité des rapports aux faits dans la discipline économique depuis le 19e s. et ses enjeux. Si les contours des courants dominants et dominés (des « orthodoxies » et des « hétérodoxies ») sont très évolutifs, la discipline a longtemps été caractérisée par une importante diversité de programmes de recherche, de styles de raisonnement scientifique (Hacking), d’hypothèses de départ et de rapports aux faits. Des démarches inductives, abductives ou hypothético-déductives ont ainsi pu prendre place, donnant lieu selon les moments à des formes de coexistence pacifique ou à d’intenses querelles de méthodes (Methodenstreit, controverse Measurement without theory etc.).

La présentation proposera tout d’abord un premier aperçu pédagogique de cette diversité depuis le 19e. Dans un deuxième temps, elle prendra appui sur l’exemple contemporain des expérimentations randomisées contrôlées (Duflo, Banerjee etc.), révélateur d’un nouveau tournant empirique (et expérimental) de l’économie mainstream. Elle pointera ce faisant le caractère illusoire d’une vision dépolitisée, purement objective de la construction des faits expérimentaux et de leur interprétation (sans pour autant sombrer dans de quelconques « raoulteries »). La conclusion mettra en perspective les enjeux d’un pluralisme intra-disciplinaire contrôlé 1) pour la production de connaissances économiques robustes et pertinentes (processus d’objectivation sociale) et 2), plus largement, ses enjeux comme condition de possibilité d’une discussion démocratique des politiques économiques.

Organisateurs :

Philippe Brunet

Professeur de sociologie, Laboratoire interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS), UMR UGE, INRA, CNRS, Université Gustave Eiffel
et

Julien Gargani

Directeur du Centre d'Alembert

-----------------------

En visioconférence - Lien de connexion :

https://eu.bbcollab.com/guest/68d2350c45e44b3c82146a9cc5795b29

En ligne / online
Thematique : Formation Recherche Sciences et société

Séminaire 2019-2021 du Centre d'Alembert : Qu'est-ce qu'un fait établi ? Comment se trompe-t-on ?

  • Public
    Tout public
  • Type d'évènement
    Conférence / séminaire / webinaire
  • Conditions

    En visioconférence

  • Dates
    Jeudi 8 avril, 14h00
    02:00 pm - 03:30 pm
  • Lieu
    En ligne / online

Intervenantes :

Ariane Dupont-Kieffer

Historienne de la pensée économique et économiste des transports, Laboratoire PHARE, Université Paris 1

Quels rapports la théorie économique entretient-elle avec les faits ?

Résumé :
L’objet de cette présentation est de suivre comment, à partir de l’entre-deux-guerres, les recherches économiques opèrent une conversion empirique en référence à une conception particulière de la démarche de la connaissance qui établit comme critère de scientificité le recours aux faits. La construction des faits économiques passe par l’observation. La description précise permet les comparaisons dans le temps et dans l’espace. Une construction plus élaborée des faits passe par les expériences en laboratoire et la mise en place de routine d’observation.

Le premier pas de Ragnar Frisch, fondateur de l’économétrie et premier prix Nobel en Economie, a ainsi eu des conséquences importantes après la seconde guerre mondiale au point que certains y ont vu un véritable « tournant empirique » en économie (Cherrier et Backhouse, 2017). Selon cette interprétation, les économistes se sont progressivement détournés des questions théoriques pour donner une place de plus en plus grande aux analyses empiriques. Ce faisant, ils ont multiplié les méthodes pour disposer de données et les traiter : développement de l’économétrie sur données d’enquête, recours à des expériences en laboratoire, recours à des expériences contrôlées, étude des données historiques autour de la cliométrie, fondation de la méthode du récit analytique etc.

Ces différents types de collectes de données supposent des opérations de codage, d’établissement de conventions et de définitions qui créent un espace de commensurabilité[1]. C’est dans cet espace que l’économiste évolue et se repère. L’objectivité de son travail s’appuie alors sur sa capacité à produire des mesures des phénomènes économiques et sociaux. Cette quête d’objectivité répond plus fondamentalement à une quête du « vrai » et de lois régissant le monde, en se dégageant de toute explication métaphysique.

------------------
[1] Sur cette question, voir Desrosières (1993). Alain Desrosières est l’un des grands historiens français des statistiques et son ouvrage La Politique des grands nombres, reste la référence sur l’histoire de la construction des statistiques modernes.

--------------------

Agnès Labrousse

CRIISEA (Centre de recherche sur l'industrie, les institutions et les systèmes économiques d'Amiens), Université de Picardie - Jules Verne.

De la biodiversité intellectuelle en économie. Pluralité des programmes de recherche et des rapports aux faits

Résumé :
Cette présentation propose de mettre en lumière la pluralité des rapports aux faits dans la discipline économique depuis le 19e s. et ses enjeux. Si les contours des courants dominants et dominés (des « orthodoxies » et des « hétérodoxies ») sont très évolutifs, la discipline a longtemps été caractérisée par une importante diversité de programmes de recherche, de styles de raisonnement scientifique (Hacking), d’hypothèses de départ et de rapports aux faits. Des démarches inductives, abductives ou hypothético-déductives ont ainsi pu prendre place, donnant lieu selon les moments à des formes de coexistence pacifique ou à d’intenses querelles de méthodes (Methodenstreit, controverse Measurement without theory etc.).

La présentation proposera tout d’abord un premier aperçu pédagogique de cette diversité depuis le 19e. Dans un deuxième temps, elle prendra appui sur l’exemple contemporain des expérimentations randomisées contrôlées (Duflo, Banerjee etc.), révélateur d’un nouveau tournant empirique (et expérimental) de l’économie mainstream. Elle pointera ce faisant le caractère illusoire d’une vision dépolitisée, purement objective de la construction des faits expérimentaux et de leur interprétation (sans pour autant sombrer dans de quelconques « raoulteries »). La conclusion mettra en perspective les enjeux d’un pluralisme intra-disciplinaire contrôlé 1) pour la production de connaissances économiques robustes et pertinentes (processus d’objectivation sociale) et 2), plus largement, ses enjeux comme condition de possibilité d’une discussion démocratique des politiques économiques.

Organisateurs :

Philippe Brunet

Professeur de sociologie, Laboratoire interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS), UMR UGE, INRA, CNRS, Université Gustave Eiffel
et

Julien Gargani

Directeur du Centre d'Alembert

-----------------------

En visioconférence - Lien de connexion :

https://eu.bbcollab.com/guest/68d2350c45e44b3c82146a9cc5795b29