Aller au contenu principal

Diplome d'Université Agir pour le Climat

Le Diplôme d'Université « Agir pour le climat » fait partie de AllCAN et permettra aux étudiantes et étudiants de maîtriser les fondements et les enjeux des transitions climatiques et écologiques pour compléter et mettre en perspective leur formation initiale, qu’elle soit en sciences et ingénierie, en sciences du vivant ou en sciences humaines et sociales.

La formation a pour ambition d'hybrider les savoirs des ingénieurs et des universitaires pour accélérer la transition climatique. Elle se distingue des formations classiques en centrant les apprentissages sur un projet collectif croisant les expertises disciplinaires des apprenants et apprenantes. L'objectif est l'acquisition de méthodes d'analyse systémique et de savoir-faire à la croisée des techniques, des sciences et des humanités. Le DU « Agir pour le Climat » offre aux apprenants et apprenantes de niveau Master dans leur discipline, une vision holistique des enjeux des transitions doublée d'un volet mise en pratique et partage des acquis.
 

"Il s’agit […] de transformer en profondeur le système d’enseignement supérieur français par […] la création d’enseignements nouveaux,[...] en formation initiale et continue, de concevoir une pédagogie et des contenus [...] communs [...] et modulés selon les spécialités, de mobiliser les moyens humains et matériels nécessaires."

J. Jouzel et L. Abbadie MESRI 2020
 

 

Présentation du Diplôme d'Université

  • Fournir des bases communes de compréhension des transitions climatiques et écologiques
  • Apporter des éléments de langage commun à des étudiant.es issu.es de champs disciplinaires différents
  • Penser et agir dans les organisations et être capable de collaborer sur des projets environnementaux

Le DU est fondé sur une démarche pédagogique innovante décomposée en 2 volets formatifs très complémentaires et imbriqués :

  1. Le premier est la réalisation d'un projet par groupe répondant à un défi lié aux enjeux de la transition et de l'action en faveur du climat (adaptation, atténuation), qui fera l’objet d’analyses multidisciplinaires et mettra en avant une innovation (20 ECTS).
  2. Le second est une approche systémique et interdisciplinaire développée au travers de modules d'enseignements et de cycles de conférences. Ce volet complète les connaissances et compétences individuelles (10 ECTS) en fonction des besoins du projet. L’annexe « projet DU détaillé » apporte les éléments d’informations complémentaires.

Le DU se fait sur 2 semestres, soit 12 mois. L’investissement attendu est estimé entre 10 et 25 heures par semaine.

Le choix des modules est validé par l’équipe pédagogique en fonction des formations initiales des candidats et des projets à l’issue des journées d’intégration.

Pour les étudiant·e·s en double diplôme, inscrits en master ou école d’ingénieur, la participation au DU devra être validée/acceptée par le responsable de la formation initiale:

  • La formation se déroule sur 2 semestres successifs. Les UE se déroulent sur un semestre, alors que le projet peut s’étaler sur 2 semestres.
  • Les jeudis après-midi sont réservés au travail en groupe sur le projet dans l'espace Innovation Hub. Ils permettent le suivi et l’encadrement régulier des groupes projets, tout en facilitant l’interaction des étudiants. Les cours spécialisés sont organisés sur 3 périodes d’une semaine organisée en mode école d’été sur site pour favoriser les interactions sociales entre les étudiants et permettre d’avancer collectivement sur les projets tout en développant une formation par la recherche. Ils seront enregistrés pour pallier les contraintes d’emploi-du-temps.

 

Ce diplôme forme à une démarche visant à explorer les différents aspects disciplinaires lors du déploiement d’un projet fortement connecté avec les questions du changement climatique

Le diplôme permet un croisement des disciplines par la diversité des publics concernés. En permettant l’interaction d’étudiant.e.s aux parcours universitaires variés, il autorise une hybridation entre ce diplôme transdisciplinaire et les formations de l’Université.

Il apporte des compétences transverses valorisables et indispensables aux métiers de demain dans le domaine du développement durable.

Le second objectif de ce DU est de donner aux apprenantes et aux apprenants des capacités d’intégration de différentes disciplines dans les projets professionnels qu’ils auront à mener, ainsi qu’une vision systémique qui renforcera leur rôle d’acteur responsable des enjeux du développement durable.

  • comprendre et identifier les enjeux de la transition climatique et des différents champs disciplinaires s’y rapportant, incluant le volet écologique.
  • savoir échanger avec les experts en partageant un langage commun autour des concepts et notions essentiels.
  • identifier les opportunités et les verrous techniques, économiques et juridiques et mettre en place les outils pour évaluer les impacts écologiques induits par le projet et les bénéfices attendus pour le climat et la société.
  • développer des actions en mode projet, travailler dans une équipe hétérogène.
  • repérer et analyser des questionnements en mobilisant les concepts disciplinaires étudiés, et en les replaçant dans une dimension historique.
  • synthétiser des données issues de divers champs disciplinaires en vue de développer une argumentation critique.

 

Les enseignements ont lieu sur le campus de l’Université Paris-Saclay, à la fois dans les établissements hébergeant les enseignants et dans l’Innovation Hub.

Université Paris Saclay (Etablissements composantes : CentraleSupélec, AgroParisTech, UVSQ)

La formation est coordonnée par la graduate school Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes de l’Université Paris-Saclay.

Gherardi Jeanne, jeanne.gherardi@lsce.ipsl.fr , MCF, UVSQ

Brown Stephen, stephen.brown@centralesupelec.fr , MCF, CentraleSupélec

L’admission se fait sur dossier avec lettre de motivation et entretien. L’inscription se fait via le référent scolarité de CentraleSupélec, opérateur du programme, avant le 7 septembre 2022, au lien suivant :

https://candidatures.centralesupelec.fr/campaign/628b35b5f9f471001ad77d2a?lang=fr

Les frais d'inscriptions sont de 500 euros (250 euros pour les élèves en double-diplôme).

Planning des cours

  • Semaine 38 (19-23 septembre) : semaine inaugurale
  • Semaine 39 (26-29 septembre) : Gouvernance et RSE
  • Semaine 40 (3-6 octobre) : Economie circulaire
  • Semaine 41 (10-13 octobre) : Villes, aménagement, transports durables
  • Semaine 42 (17-20 octobre) : Droit de l’environnement et politiques publiques
  • Semaine 43 (24-27 octobre) : Transition énergétique
  • Semaine 45 (7–10 novembre) : Climat et vivant
  • Semaine 46 (14-17 novembre) : Changement climatique
  • Semaine 47 (21-24 novembre) : Société et technologies
  • Semaine 48 (28 novembre – 1er décembre) : Nexus économie-climat-environnement

Liens utiles

Espace de partage des contenu des cours :  https://centralesupelec.edunao.com

Emploi du temps : https://geode.centralesupelec.fr

Description des modules de 2ECTS

  • Changement climatique : L’objectif de ce module est de permettre aux étudiant.es de connaître les causes du changement climatique, les conséquences ainsi que les différents scénarios du GIEC et pour tous les secteurs d'activités dans lesquels seront amenés à travailler les scientifiques, les différentes sources d'émissions de GES du secteur et les leviers permettant de réduire ces émissions.
    • Responsable : Hélène Brogniez
  • Technologies et sociétés : Ce module propose une compréhension historique des dynamiques sociales, culturelles, politiques et économiques qui ont conduit aux défis énergétiques, climatiques et écosystémiques actuels. En reconstruisant la "réflexivité environnementale" passée et les processus par lesquels les orientations énergétiques et technologiques ont été données, nous questionnerons la conscience que les acteurs avaient ou non de l'impact du développement économique sur la nature, et les conflits qui se sont structurés autour de la transformation de l'environnement depuis deux siècles et demi.
    • Responsables : Steve Hagimont et Steve Brown
  •  Biodiversité et santé globale : L'objectif est d'apporter les notions élémentaires pour comprendre les liens entre la biodiversité et ce que l'on appelle désormais la santé globale, donc incluant la santé humaine. Il s'agit surtout de montrer et expliquer les différentes interactions entre le milieu vivant et leur environnement et la complexité de ces interactions. L'UE fera un état des lieux de ce que l'on sait de la dynamique de la biodiversité et des conséquences liées à une perte de biodiversité sur la santé humaine notamment, et sur un autre volet d'expliquer les impacts du changement climatique sur le fonctionnement des écosystèmes. Des éléments pour comprendre ce qui définit les limites planétaires seront également apportés.
    • Responsable : Erwan Personne
  •  Economie circulaire, éco-conception et sobriété digitale : Ce module abordera la manière dont les ressources limitées et les impacts environnementaux remettent en question l'approche linéaire extractive actuelle. Afin de quantifier ces impacts, l'analyse du cycle de vie sera introduite, tandis que des concepts émanant des domaines de l'éco-conception, de la sobriété et de l'économie circulaire permettront d'imaginer de nouveaux processus. Pour illustrer ces propos, les défis posés par les technologies et les économies numériques seront introduits. 
    • Responsables : Guillaume Roux et Anne-Laure Ligozat
  • Gouvernance et responsabilité sociale et environnementale : Examiner les changements dans la gouvernance d’entreprise par rapport aux défis environnementaux et sociaux. Quels sont les nouveaux outils, les nouvelles compétences et les nouvelles théories de gestion nécessaires pour faire évoluer les systèmes de gestion et de production afin qu’ils intègrent la Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE) ? Donner une perspective à long terme dans la stratégie des organisations (entreprises, communautés). Clarifier les obstacles possibles à la mise en œuvre d’une telle gouvernance. Introduire des notions de psychologie environnementale.
    • Responsables : Eleonore Mounoud
  • Droit de l’environnement et politiques publiques : Le cours explore le droit, la politique et la pratique du droit international de l’environnement, en examinant les normes juridiques internes et internationales. Il place le développement du droit de l’environnement directement dans le contexte des principes moraux, ainsi que de la géopolitique, et examine comment différents États ont adopté des approches différentes, y compris l’adoption de la protection de l’environnement comme principe constitutionnel en France.
    • Responsable : Pauline Abadie
  • La transition énergétique : Comprendre la réalité technique des systèmes énergétiques (possibilités et contraintes). Introduire les idées centrales autour de la mise en place et du fonctionnement d'une chaîne énergétique. Contextualiser l'usage de l'énergie dans la société, avec les dimensions de sobriété, d'accès, d'équité et d'acceptabilité notamment. Être capable d'effectuer un dimensionnement de systèmes énergétiques.
    • Responsables : Guillaume Roux et Aymeric Vié
  • Enjeux économiques contemporains lié au nexus énergie-climat-environnement : Introduction et histoire de la pensée économique; questions contemporaines : concurrence imparfaite, externalités, innovation, politiques économiques cycliques et structurelles; économie de l’environnement et des ressources naturelles : histoire de la pensée économique environnementale, capital naturel, biodiversité et services écosystémiques; économie climatique et politiques économiques pour atténuer le changement climatique; économie énergétique et décarbonisation de l’économie : questions techniques et économiques liées à la transition énergétique et écologique. Démographie.
    • Responsable : Pascal Da Costa
  • Ville, Aménagement et transports Durables : Comment atteindre la neutralité carbone, le bien-être des personnes et la préservation de l’environnement dans le logement et les fonctions à l’échelle de la ville. Approche systémique des villes comme flux et stocks d’énergie, d’eau, de matériaux, de biens, de personnes, de biodiversité, de déchets, de polluants, de pandémies, de données, de services, d’emplois, de valeurs économiques et financières. Les principaux acteurs du système urbain : pouvoirs publics, population, acteurs privés (designers, constructeurs, opérateurs de flux, entreprises digitales, etc.), fonctionnement interne des acteurs clés au niveau du sous-système, gouvernance stratégique et data.
    • Responsables : Julie Bulteau et Didier Clouteau
  • Communication et mode projet : Ce module mettra en pratique deux compétences :  l’aisance dans la prise de parole et argumentation en anglais (argumentation, rhétorique et dialectique ; techniques linguistiques et paralinguistique ; la socio-pragmatique) ; et la gestion en mode projet (méthodes et outils de travail de groupe en mode projet à travers les différentes étapes d'un projet - idéation, créativité, conception, prototypage, déploiement, marketing, finance).
    • Responsable : Steve Brown, Yann Leroy

 

Projets Interdisciplinaires

Les sujets et les équipes seront définis par les étudiants au cours d'un programme de lancement de trois jours organisé sous la forme d'un hackathon. Les sujets pourront être initiés et financés par différents partenaires et parties prenantes (laboratoires de recherche, industries, PME, autorités et institutions locales, ONG) et auront au moins un aspect d'ingénierie. Ils s'inspireront de thèmes liés aux solutions fondées sur la nature, aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, aux objectifs de justice sociale et environnementale, aux objectifs d'Aichi en matière de biodiversité, ou de thèmes directement liés aux domaines de recherche d'AllCAN : approches systémiques de l'atténuation, approches multirisques de l'adaptation, études de cas dans les zones périurbaines.


Les projets seront réalisés par des groupes d'au moins 3 étudiants provenant d'au moins deux disciplines différentes, y compris l'ingénierie. Le temps consacré par chaque étudiant au projet sera de 200 heures. Les étudiants et les tuteurs du projet constitueront un panel d'experts et d'intervenants qui les guideront et les suivront dans la réalisation de leur projet.

Les projets seront évalués sur la base de leur impact potentiel sur les transitions climatiques et écologiques, tant en termes d'innovation que de capacité de passage à l'échelle. Les étudiants seront également encouragés à soumettre leurs projets pour qu'ils soient pris en compte dans les initiatives telles que le "Geneva Challenge" sur l'avancement des ODD ou d'autres défis régionaux et nationaux.