Génie des Procédés et BioProcédés

Objectifs pédagogiques de la mention

La formation permet d'acquérir des compétences fondamentales ainsi que des compétences spécifiques et transverses pour résoudre des problématiques pluridisciplinaires en lien avec les procédés de transformation. La première année du master (M1), ainsi que le ou les parcours du M2 visent à apporter aux étudiants des bases scientifiques solides en Génie des Procédés.

La partie commune comprend, répartie sur le M1 et une partie du M2, des connaissances fondamentales (mécanique des fluides, thermodynamique, physico-chimie (électrochimie et chimie des solutions), matériaux, génie de la réaction chimique, énergie et énergétique), une formation approfondie sur des opérations de séparation (telles que concentration par évaporation, distillation, séchage, cristallisation, extraction liquide/liquide), l'automatique et le contrôle commande, et des notions avancées en génie des procédés en début de M2 (plans d'expérience dans les procédés, écoulements non idéaux et introduction à la CFD (computational fluid dynamics). Les enseignements s'appuient sur une part importante de travaux pratiques, de travaux dirigés et de simulations sur des logiciels pédagogiques et professionnels (ASPEN, COMSOL) et un approfondissement via des projets issus de problématiques industrielles. Certaines UE intègrent des interventions de professionnels et/ou des visites d'usine.

Il s'y ajoute un travail individuel de recherche et de synthèse bibliographique sur un sujet spécifique, des connaissances transversales (anglais, conduite de projet, techniques rédactionnelles, présentation orale), de compétences de professionnalisation (réflexion sur le projet professionnel, rédaction de CV et de lettre de motivation, simulation d'entretien) et des stages (2 à 5 mois en M1 et 6 mois en M2) dans les laboratoires de recherche ou en industrie.

Les enseignements spécifiques du parcours M2 PBA (Procédés, Biotechnologies, Aliments) sont axés sur les procédés clés en agro-alimentaire, les bioprocédés en biotechnologie industrielle et sur les outils de modélisation dans le domaine du vivant. Ils sont complétés par des applications dans les domaines de la pharmacie, de la valorisation des agro-ressources et des bioénergies (production d’énergie à partie de biomasse). La durabilité des procédés est enseignée. Une petite part d'enseignements est dispensée en anglais (5%).

Les enseignements spécifiques du parcours M2 PEE (Procédés, Energie, Environnement) sont axés sur les aspects énergétiques (efficacité énergétique, matériaux pour l'énergie, filière hydrogène, combustion) à partir de ressources fossiles et renouvelables (solaire, éolien, biomasse) et les aspects environnementaux de traitement des déchets solides, liquides et gazeux. La durabilité des procédés est enseignée.

L'objectif du master Génie des Procédés et Bioprocédés est de former des cadres supérieurs pour exercer un premier métier dans l'industrie (production, bureau d'ingénierie, études et recherche, développement industriel…) ou pour préparer un doctorat, élargissant ainsi les débouchés à la recherche et au développement, et potentiellement à l'enseignement supérieur.

De manière plus précise, le parcours Procédés, Energie, Environnement (PEE) a pour débouchés professionnels les métiers de cadre technique dans l'industrie chimique en général, avec une expertise spécifique sur les systèmes énergétiques (production d'énergie, efficacité énergétique des procédés, énergies renouvelables) et les problèmes environnementaux (traitement des déchets industriels et ménagers, des effluents industriels, des gaz et fumées). Le projet d’accréditation 2020-2025 vise à co-habiliter le parcours PEE avec la mention Energie, de manière à permettre aux étudiants suivant leur projet professionnel, d'afficher soit une compétence à coloration majeure en Procédés, soit à coloration majeure en Energie, et ainsi de renforcer la lisibilité du parcours PEE pour de futurs employeurs.

Les débouchés du parcours Procédés, Biotechnologies, Aliments concernent la production industrielle (conduite de lignes de production, encadrement d'équipes…), les méthodes (amélioration des performances, optimisation…), les études (conception et maintenance d'installations industrielles, prise en compte de problématiques environnementales dans l'industrie), la direction de production, la gestion industrielle, la logistique, le développement d'équipements, l'audit et le conseil, la recherche (dans le privé ou le public), le développement de procédés et de produits, et enfin la recherche et l'enseignement supérieur (après un doctorat).

Passerelle(s)

Les étudiants issus du M1 choisissent leur parcours et candidatent dans ce sens. Ils suivent des enseignements communs à l'autre parcours mais il n'est pas prévu de changement de parcours en cours de deuxième année. Les étudiants recrutés directement en M2 ne peuvent pas changer de parcours car leur recrutement est fait en fonction de leur choix de parcours.

Prérequis

Les étudiants peuvent être admis
- en master M1 Génie des Procédés avec une licence de physique, de chimie de Génie des procédés ou des niveaux supérieurs mais avec des spécialités autres que le procédé. En fin de M1, les étudiants qui poursuivent en M2 choisissent un des parcours.
- directement dans l'un des parcours du M2
** Procédés, Energie, Environnement
** Procédés, Biotechnologies, Aliments
Chaque parcours fait la sélection des étudiants en tenant compte des places disponibles en fonction du choix des étudiants venant du M1

Les compétences à acquérir au sein de la mention sont :
  • Appliquer les outils du génie des procédés dans le cadre d'un projet concret.

  • Rédiger, présenter son travail et en faire une analyse critique à l'oral et à l'écrit.

  • Définir et Dimensionner des opérations unitaires utilisées dans les procédés de l’énergie et de l'environnement et des bioprocédés.

  • Dimensionner / optimiser / conduire / accroître la capacité de production (« dégoulotter ») / des procédés de l’énergie, de l’environnement ou de transformation des aliments et des bioproduits.

  • Mettre en œuvre une approche de durabilité dans la conception de nouveaux procédés ou dans l’amélioration des procédés existants.

  • Réaliser une optimisation technico-économique d'un procédé.