Les facteurs cellulaires et moléculaires impliqués dans les troubles anxio-dépressifs restent peu connus. Des données récentes suggèrent que la présence d'un facteur neurotrophique, le BDNF, et l'activation de la neurogenèse dans l'hippocampe chez l'adulte seraient nécessaires à l'activité des antidépresseurs monoaminergiques.

Afin de savoir si l'altération de ces éléments serait, au moins en partie, à l'origine de ces pathologies, nous développons deux nouveaux modèles animaux pathologiques : des souris doubles mutantes pour les récepteurs 5-HT1A/B de la sérotonine, ayant un phénotype hyper-anxieux associé à une hyper-sérotoninergie, et un modèle d'altération de l'axe hypothalamo-hypohysaire. L'utilisation de ces deux nouveaux modèles devrait permettre de mieux comprendre les inter-relations entre le système sérotoninergique central, le BDNF et la neurogenèse dans l'hippocampe adulte en étudiant les conséquences de leur diminution ou de leur surexpression respective. Il sera en effet possible grâce à ces modèles d'étudier simultanément chez le même animal de nombreux effets d'un traitement antidépresseur dont certains sont neurogenèse-dépendants et d'autres pas. Notre hypothèse est qu'une altération de la prolifération, de la maturation-différenciation et/ou de la survie de nouveaux neurones dans l'hippocampe adulte provoquerait l'apparition de troubles anxio-dépressifs.

 

 


Départements


Contact

M. GARDIER Alain