L'équipe CEMOTEV, créée en 2010, est actuellement composée de 20 enseignants-chercheurs économistes et géographes, une trentaine de doctorants, un ingénieur de recherche, un ingénieur d'études et un secrétaire-gestionnaire. Les priorités de recherche s’inscrivent dans la continuité de celles de l’unité mixte de recherche C3ED. Elles sont actuellement les suivantes : conflits, environnement, développement, vulnérabilités, mondialisation.

Objectif

L’objectif du CEMOTEV est de renforcer les activités de recherche sur la diversité et la complexité des échelles de décision, et en particulier celles liées à la mondialisation et au développement durable. Le Cemotev met l’accent sur :

  • les dimensions de temporalités, de dépendances de sentier, d’irréversibilités qui permettent d’éclairer les vulnérabilités cachées ;
  • les dimensions territoriales des processus économiques et sociaux, introduites par la mondialisation, les questions environnementales et de développement, les nouvelles articulations entre les différents niveaux d’échelles (mondial, continental, national et local) qu’elles produisent, ainsi que les conflits générés.

Thématiques de recherche

  • Mondialisation et gouvernance
  • Vulnérabilités
  • Conflits
  • Economie des territoires
  • Valorisation et gestion des ressources naturelles et des actifs environnementaux
  • Economie du développement durable
  • Réseaux énergétiques et cultures agro-énergétiques
  • Aires « protégées » et territoires
  • Tourisme du local au global
  • Filières de production mondial

Pluridisciplinarité entre économie et géographie

Les thématiques de recherche du Cemotev font appel à divers champs de la science économique :

  • économie du développement,
  • économie de l’environnement,
  • économie du développement durable,
  • économie internationale,
  • économie industrielle.

Elles sont abordées dans une perspective pluridisciplinaire avec la géographie.

Réseaux et projets au nord et au sud

Les problématiques de la mondialisation, de la vulnérabilité, des conflits, du développement durable conduisent à mettre l’accent sur les nouvelles dynamiques des relations Nord-Sud.
Les réseaux de recherche existants (en Afrique, en Amérique latine et en Asie) et la participation aux projets de recherche renforcent les logiques partenariales Nord-Sud.