Bandeau dept spu

Le département Sciences de la Planète et de l'Univers (SPU) coordonne et anime les communautés de recherche du périmètre Paris-Saclay traitant des sciences de la Terre et de son environnement et de l’astrophysique.

Le champ scientifique du département se décline en quatre grands axes thématiques :

  • Astrophysique et cosmologie 
  • Systèmes solaire/stellaires et origines
  • Enveloppes fluides et climat 
  • Transferts et dynamique de la Terre 

 

Actualités

Newsletters SPU Janvier 2017 (nouveau)

Archives des Newsletters SPU

1/2 journées scientifiques & séminaires

 

Recherches

Une caractéristique des recherches menées dans le département est leur interdisciplinarité, génératrice d’interfaces avec plusieurs autres départements, notamment en physique (PhOM, P2I, EOE, MEP). On peut citer les principales disciplines : physique, chimie, mécanique, aéronomie, géologie, hydrologie, géophysique, géochimie environnementale, écologie, agronomie, sciences de l’ingénieur, mathématiques appliquées, éléments de la biologie et de l’informatique… Un exemple de thématique transversale, à l’interface avec l’écologie et les sciences humaines (SDV, SHS), est l’environnement, qui fait l’objet d’un projet d’institut sur Paris-Saclay. Dans le domaine de l’astrophysique, il existe un lien fort entre cosmologie et astroparticules (P2I).

En termes d’outils, les scientifiques du département abordent l’étude du système Terre et de l’Univers par la réalisation et l’exploitation de données d’instruments pour les grands observatoires dans l’espace et au sol, ou aéroportés, la réalisation de plateformes instrumentales transverses destinées à l’analyse d’échantillons naturels, ou aux essais et tests d’instruments de mesure, les activités de modélisation, les simulations numériques, l’étude d’analogues en laboratoire.

La réalisation d’instruments spatiaux pour l’observation de la Terre et de l’Univers constitue une spécificité forte du département, qui développe un projet de réseau spatial sur Paris Saclay. L’optimisation des techniques de traitement des énormes flux de données spatiales bénéficie des compétences présentes sur le plateau en traitement du signal (STIC).