Publié le 29 juillet 2019
Recherche
STOP aux idées reçues en CHIMIE

Au moment où le climat, l’environnement et la protection de notre planète occupent enfin le devant la scène, l'Université Paris-Saclay, qui compte une forte communauté de chimistes, chercheurs et étudiants, a choisi de mettre à l’honneur la chimie. Cette discipline passionnante, qui étudie la composition de la matière, ses propriétés et ses transformations, souffre d'une représentation grand public négative. Le temps est venu de corriger ces représentations caricaturales qui éclipsent la variété et la richesse des champs couverts par la recherche, la formation et les métiers de la chimie, et leur contribution aux problématiques sociétales majeures. « STOP aux idées reçues en chimie » : une série d’illustrations volontairement décalée, pour engager le dialogue ! (Épisode 3/3)

« Un parfum naturel est un parfum sans chimie »

« Un parfum naturel est un parfum sans chimie »

Il s’agit de ne pas opposer « naturel » et « chimie », puisque c’est l’étude et la reproduction de l’agencement des constituants de la matière, les molécules et les atomes. Souvent, on dit « produits chimiques », alors qu’en réalité, on pense à « produits de synthèse ». Créer un parfum est l’art d’utiliser les procédés de la chimie (distillation, recomposition, dispersion des essences…) pour extraire les fragrances de fleurs, de graines, ou de toute autre partie de la plante. On peut créer un parfum à base de plantes « naturelles » ou de produits de synthèse qui reproduisent l’agencement des molécules gouvernant les odeurs.

« Un composé chimique dont le nom est long est forcément dangereux »

« Un composé chimique dont le nom est long est forcément dangereux »

Pour nommer des composés chimiques, les chimistes se basent uniquement sur leur structure : l’agencement des atomes les uns par rapport aux autres dans la molécule. Les règles de cette nomenclature ont été établies par l’Union internationale de chimie pure et appliquée (UIPAC). Elles permettent à n’importe quel chimiste dans le monde de comprendre et de dessiner la structure d’un composé rien qu’en lisant son nom. Sa longueur dépend alors de la taille et de la complexité de la molécule. La dangerosité, elle, s’affiche à l’aide des pictogrammes internationaux et des phrases R (risque) et S (sécurité).

« Les chimistes, ce sont des savants fous qui n’en font qu’à leur tête ! »

« Les chimistes, ce sont des savants fous qui n’en font qu’à leur tête ! »

Dans l’imaginaire collectif, le chimiste serait un scientifique un peu dingue, manipulant des liquides de toutes les couleurs et réalisant des potions fumantes et détonantes ! En d’autres termes, il jouerait avec les lois de la nature. Rien de tout cela : les chimistes sont des scientifiques comme tous les autres, qui ne créent pas de nouvelles lois naturelles, mais découvrent celles qui existent. Ils les étudient et tentent de les appliquer pour obtenir de nouveaux composés ou de nouvelles manières de faire des produits déjà connus.

« La chimie, c’est une science vieille et dépassée »

« La chimie, c’est une science vieille et dépassée »

La chimie, telle qu’on la perçoit de nos jours - l’étude et la compréhension de la matière -, est une science relativement jeune comparée à d’autres, comme les mathématiques ou la physique. Bien que l’on ait commencé à modeler la matière depuis des millénaires, les connaissances acquises par l’Homme sur les réactions et les phénomènes mis en jeu sont pendant longtemps restées très limitées, mêlant croyances et superstitions. Ce n’est qu’au 18e siècle, avec les travaux pionniers d’Antoine Laurent de Lavoisier, puis avec la révolution industrielle, que la discipline s’est réellement développée et a progressé du 20e siècle jusqu’à aujourd’hui.

 

Voir l'épisode 2.

Voir l'épisode 1.

(Illustrations réalisées par Elena Vieillard)