Publié le 5 avril 2019
Recherche
image-foret

A partir des données de long terme sur les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, un groupe international de scientifiques, coordonné par le Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement de l’Université Paris-Saclay  (CEA/CNRS/UVSQ), a découvert que la végétation de l’hémisphère nord absorbait des quantités de plus en plus grandes de CO2 produit par l’Homme, contribuant ainsi à ralentir le réchauffement climatique. Ces résultats sont parus dans Nature, le 3 avril 2019.

Le communiqué de presse

Référence : Five decades of northern land carbon uptake revealed by the interhemispheric CO2 gradient, P. Ciais, J. Tan, X. Wang, C. Roedenbeck, F. Chevallier, S.-L. Piao, R. Moriarty, G. Broquet, C. Le Quéré, J. G. Canadell, S. Peng, B. Poulter, Z. Liu & P. Tans.

Nature Communications : https://doi.org/10.1038/s41586-019-1078-6