Publié le 10 octobre 2017
Recherche
Workshop RINNODI Evry @MSH Paris-Saclay

Ce 10 octobre 2017, l'événement 13 Minutes Innovation a présenté un point de vue international sur l'innovation collaborative.

Ils sont venus de Finlande, des États-Unis, du Brésil, de Chine et bien sûr de France. Ils sont chercheurs, chercheuses, doctorant(e)s, entrepreneur(e)s ou ingénieur(e)s et étudient ou utilisent chaque jour l’innovation collaborative. En 13 minutes chacun, ils ont partagé, avec une salle comble, leur point de vue sur ce nouveau type d’innovation ouverte ou participative.

13 Minutes par innovation

Les conférences 13 Minutes Innovation sont organisées annuellement par le réseau RINNODI (Réseau en INNOvation et Dynamiques Internationales) et le LITEM (Laboratoire en Innovation, Technologies, Économies et Management) de l’Université d’Evry Val-d’Essonne (UEVE), un membre de l’Université Paris-Saclay, et de Télécom École de Management. Les chercheurs de ce réseau s’intéressent à l'innovation comme un processus, en prenant en compte les interférences complexes des activités en amont et en aval, selon un modèle sans frontière en interaction avec l’environnement.

Avant un tour du monde des pratiques de l’innovation collaborative, les étudiants et chercheurs présents ont pu écouter le professeur Christophe Midler (CNRS, École polytechnique) parler des nouvelles stratégies d’innovation adoptées par les entreprises pour adapter leurs produits aux besoins locaux et aux ressources locales, tout en faisant face à une standardisation croissante. Des thématiques reprises par Christiane Stainsack (Université Paris Dauphine) à propos des industries automobiles ou des sociétés d'optique venus s’installer au Brésil : elles ont été contraintes d’adapter leurs produits au marché local, une source d’inspiration pour développer de nouveaux produits et services ensuite vendus dans le monde entier.

Des témoignages du monde entier

Pour être distribués, ces produits passent sans doute par un transport maritime. Spécialiste de la question, Peter Zettinig (University of Turku, Finlande) a détaillé les changements apportés par la quatrième révolution industrielle, celle des systèmes cybernétiques et autonomes : des flottes de bateaux plus petits, rapides, optimisés et surtout sans pilote sont sans doute l’avenir des énormes remorqueurs d’aujourd’hui. Reste à inventer un écosystème autour de ces transports d’un nouveau genre, avec un modèle économique, une gouvernance et des moyens technologiques... L’occasion de collaborer entre acteurs du domaine pour inventer l’économie de demain.

L’innovation collaborative se retrouve aussi à la montagne. Venue montrer les réussites du français Cluster Montagne en Russie, au Japon et en Chine, Nathalie Saint-Marcel a présenté un modèle d’innovation collaborative à plusieurs échelles : institutionnelle (au niveau des États), régionale (avec des mémorandum d'entente et des partenariats) et entrepreneuriale (développement de filiales ou de « joint-venture » à l’étranger, par exemple). Selon Hu Die (Business School, Sichuan University), ces différents niveaux sont peut-être ce qui manque à la Chine, où tout est contrôlé par le gouvernement. Pourtant, l’innovation collaborative encadrée par l’État fonctionne admirablement pour la construction de réseaux ferrés à très grande vitesse, la Chine visant la première place mondiale dès 2020 alors qu’aucun train à grande vitesse ne circulait il y a 20 ans.

Inspirer de nouvelles innovations

Avec sa startup de réalité virtuelle Skylights, Laurence Fornari est, quant à elle, venue partager son expérience d’entrepreneure et ses conseils avec les étudiants de Télécom École de Management et de l’UEVE : pour lancer une startup, il faut savoir innover… correctement ! C’est-à-dire sans hésiter à demander de l’aide ni à affronter son marché, pour développer un produit que le public veut vraiment.

Des conseils certainement suivis par les entreprises qui se lancent dans l’« open organization » (organisation ouverte) expliquée par Albert Meige (Télécom École de Management) : centrées sur la relation client, ces dernières (comme Apple, General Eletrics ou Tesla) font appel au numérique et à une stratégie de plateforme pour mobiliser un écosystème autour d’une mission inspirante (pour Tesla, ce sera par exemple « accélérer la transition vers un monde énergétiquement plus durable », plutôt que « vendre des voitures » !) Nées dans les industries purement numériques, ces stratégies de plateforme se développent de plus en plus, selon le chercheur-entrepreneur, dans le monde industriel. De quoi inspirer de l’innovation… et des collaborations ! L'ensemble des acteurs présents ont d'ailleurs pu discuter plus précisément des thèmes de la journée et d'éventuelles collaborations, dans un séminaire de recherche qui a conclu la journée.