Publié le 6 octobre 2015
Climat

Grâce à des mesures  menés sur 1 245 forêts européennes, une collaboration scientifique internationale, dont des chercheurs du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (CEA/CNRS/UVSQ), démontre que l’émergence des premières feuilles au printemps est moins sensible au réchauffement climatique depuis une quinzaine d’années.

Le verdissement des forêts s’observe de plus en plus tôt, mais la tendance à la précocité semble désormais ralentir, modérant l’idée d’un fort allongement de la saison de croissance de la végétation sous l’effet du réchauffement à venir.

Cette baisse de la sensibilité de l’apparition des premières feuilles au réchauffement climatique pourrait provenir des températures hivernales, moins froides pour la période de 1999 à 2013 que pour la période antérieure, ce qui décalerait la période de dormance des arbres.
Cette étude est la première démonstration empirique d’une baisse de sensibilité du reverdissement des forêts d’Europe au réchauffement climatique.

Référence : Declining globalwarming effects on the phenology of spring leaf unfolding, Yongshuo H. Fu, Nature, octobre 2015