Publié le 2 juin 2017
Recherche
Une étudiante au Food'Inn Lab

AgroParisTech et Inra ouvrent Food’Inn Lab, un nouveau lieu d’innovation alimentaire.

Le Food’Inn Lab, c’est 550 m² dédiés à l’alimentation de demain. Pour Gérard Cuvelier, initiateur du projet, c’est aussi « une nouvelle manière d’inventer la dynamique entrepreneuriale ».

Inauguré le 30 mai 2017, ce nouveau lieu de collaboration mené par AgroParisTech et Inra s’adresse aux entrepreneurs qui ont besoin d’un accompagnement scientifique et technique pour développer leurs projets innovants autour de l'aliment et l'alimentation. Laboratoires d’analyse, cuisine expérimentale, bureaux ou équipements de réalité virtuelle à la pointe de la technologie sont ainsi à la disposition des entreprises et start-ups qui en ont besoin.

Un avenir collaboratif

L’inauguration a attiré des industriels, des start-ups, des chercheurs, mais aussi des étudiants. Preuve, pour Gérard Cuvelier, qu’un « écosystème » est en train de se mettre en place. Le professeur d’AgroParisTech voulait ainsi « donner à voir, à discuter, à échanger » à tous ces publics. Une réussite : les conversations s’enchaînent. Boulanger, Warren est par exemple venu voir les outils qu’il pourrait être amené à utiliser pour améliorer son pain. Juliette, future étudiante de Montpellier SupAgro, voulait quant à elle découvrir les métiers de l’alimentaire, et les recherches d’AgroParisTech et d’Inra en la matière.

Après une session de pitchs où les start-ups ont présenté leur projet, des ateliers ont permis de découvrir ce que propose ce haut lieu de l’innovation. Les visiteurs ont ainsi pu mesurer la texture de fromages végétaux lancés par Les Nouveaux Affineurs puis en observer la surface avec un microscope. Les chercheurs expliquent qu’ils peuvent ici également mesurer le croustillant d’un biscuit, la maturité des fruits ou la force nécessaire pour ouvrir un yaourt ou déchirer une feuille. Ils testent également la facilité de trancher ou de démouler un gâteau, les températures à utiliser ou la manière de broyer des pommes pour faire une compote parfaite, etc.

Des outils au service des idées

Les salles suivantes font découvrir la cuisine sans allergène de la start-up Matatie ou la créativité nécessaire à un projet de start-up, représenté par Les 3 Chouettes. D’autres entrepreneurs (Spiris, Cycle Farms, Agriloops) sont présents pour partager leur démarche et leurs idées.

Puis on découvre le futur des tests consommateurs : l’analyse sensorielle sans cabine mais avec un casque de réalité virtuelle. Il est alors aisé de choisir l’environnement dans lequel le sujet va devoir ressentir le produit : tester l’impression de propreté qu’induit l’odeur d’un détergeant ou configurer une pièce ou un outil pour qu’ils ne soient pas dangereux pour un enfant devient facile.

D’autres outils sont aussi à disposition. Grâce à un scanner 3D, les entrepreneurs pourraient reproduire le détail d’une structure ou d’un produit alimentaire, en virtuel puis avec une imprimante 3D. Ils pourraient ainsi créer des objets (moules, emporte-pièces, outils, etc.) aux formes complexes, avec des matériaux adéquats selon l’utilisation (contact alimentaire, résistance aux températures, aux produits chimiques, etc.)

Une approche systémique

« Cette journée a permis à des collègues, d’autres centres AgroParisTech ou d’ailleurs, de découvrir d’autres ateliers », se félicite Gérard Cuvelier. Une façon d’envisager la recherche de façon plus globale. Catherine Lecomte, chercheuse et chargée de l’entrepreneuriat chez AgroParisTech, insiste : le futur de l’alimentation doit être pensé comme un système : il faut s’occuper du produit bien sûr mais aussi du plan économique, de l’intérêt potentiel des déchets générés, de la gestion des ressources, des transports, du bien-être des employés, etc.

Food’Inn Lab entend justement créer une dynamique forte entre toutes les parties prenantes de l’alimentation de demain : « Les ingrédients sont là », affirme Gérard Cuvelier, « il ne reste plus qu’à faire prendre davantage. »