Publié le 2 octobre 2017
Université

Gilles Bloch, président de l’Université Paris-Saclay et Jean-Marc Grognet, directeur général de Genopole ont signé une convention de partenariat le 28 septembre 2017, rapprochant ainsi les deux institutions autour d’une politique de développement scientifique commune sur la génomique.

Genopole est un site de recherche regroupant plus de 20 laboratoires académiques, dont 3 centres d’envergure mondiale (Centre National de Séquençage et Centre National de Génotypage constituant l’Institut de Génomique, et Généthon). Ce biocluster français est dédié à la recherche en génomique, génétique et aux biotechnologies.

Le partenariat mis en place entre l’Université Paris-Saclay et Genopole s’attachera à travailler sur divers axes de recherches, afin de valoriser un territoire d’innovation et de développement économique au sud de Paris :

  • Génomique et post-génomique
  • Médecine personnalisée
  • Thérapie génique et cellulaire
  • Bioproduction
  • Biologie de synthèse
  • Biotechnologies, pour la santé, l’environnement, l’agronomie et l’industrie.

« Ce rapprochement se fait autour des thérapies génique et cellulaire, sachant qu’à Saclay, les thématiques médicales représentent plus du quart de l’activité de recherche. Nous avons très bien identifié Genopole comme un partenaire important. » Gilles Bloch

Un partenariat d’envergure et prometteur pour la recherche à l’Université Paris-Saclay, notamment au sein du Département Sciences de la Vie, tant la génomique touche de nombreux domaines.

 

Légende photo : De gauche à droite : Thierry Schmidt, directeur du CHSF, Grégoire de Lasteyrie, vice-président de la CAPS, Line Magne, vice-présidente chargée de de la recherche et de l’innovation de Grand Paris Sud, Jean-Marc Grognet, Gilles Bloch, Patrick Curmi, président de l’université d’Evry, Etienne Auge, vice-président recherche de l’université Paris Sud,Emmanuel Miller, président de la CCIE.