La transmission fidèle du matériel génétique (et épigénétique) est essentielle pour qu'un organisme se développe normalement. Cependant, l'ADN est constamment soumis à des agents enzymatiques, chimiques ou physiques qui peuvent altérer son intégrité. Dans la cellule, il existe un ensemble complexe de voies de signalisation connu sous le nom de Réponse aux Dommages de l'ADN (DDR) qui assure la maintenance et la transmission du génome, coordonnant la réplication de l'ADN, la recombinaison, la réparation de l'ADN, ainsi que la ségrégation des chromosomes lors de la mitose. Un dysfonctionnement d'un de ces processus peut conduire à des anomalies du développement, au vieillissement prématuré, à une prédisposition au cancer, voire encore à la mort cellulaire.

Nos recherches visent donc à décrypter la réponse cellulaire et moléculaire aux lésions de l'ADN et mieux comprendre :

  • les mécanismes d'induction, de tolérance et de réparation des lésions de l'ADN et leur régulation,
  • les conséquences des anomalies de la réponse aux dommages, en termes de stabilité du génome et de contrôle du cycle cellulaire,
  • les mécanismes moléculaires impliqués dans la prédisposition génétique aux cancers,
  • les interfaces entre stress oxydant, lésions de l'ADN, vieillissement et cancer.

Nous utilisons principalement des cellules humaines et  murines, normales ou pathologiques, comme modèles d'étude, ainsi que des échantillons tumoraux humains. Nous avons une grande expertise sur plusieurs aspects qui concernent le métabolisme de l'ADN en biochimie, génétique, biologie moléculaire et cellulaire.

D'autre part, nous utilisons aussi bien les techniques classiques de biologie moléculaire que les nouvelles approches en génomique et protéomique sur génome entier.


Departments


Contact

Mme KANNOUCHE Patricia-Laila