Published on 28 November 2014
Innovation

 Le gyrolift est une première mondiale. À terme, il permettra aux personnes en fauteuil roulant de se déplacer en position debout.

Ce prototype a été développé au laboratoire d'Ingénièrie des Systèmes de Versailles avec l'association française Handipode grâce au soutien financier de l'Université Paris-Saclay, de l'ERDF et de l'Université Versailles St Quentin (financement de thèse).

Le concept : la position debout accessible aux personnes à mobilité réduite

À la base, il y a un Segway, ce drôle d'engin à deux roues qu'on fait avancer en se penchant en avant ou reculer en faisant le contraire. À ce Segway, les inventeurs ont ajouté un siège monté sur vérins qui permet de mettre la personne handicapée à la verticale.

Le but : aider les personnes en fauteuil roulant à se mettre debout. Pour cela, alors que la personne est au début en position assise, ses jambes sont maintenues par des sangles au niveau des tibias et des genoux. Le siège monte alors doucement jusqu'à ce que la personne soit à la bonne hauteur et qu'elle puisse avancer ou reculer. Il est possible de se déplacer et de se verticaliser en même temps. Un système d'auto-équilibrage lui évite de tomber.

La position débout est bénéfique

Un premier prototype du gyrolift a été présenté le 20 novembre. Vont suivre 18 à 24 mois de tests par des personnes handicapées, avec des médecins et des ergothérapeutes.

Pour les personnes handicapées, ce type d'appareil présente plusieurs avantages : d'abord pour des personnes habituellement en fauteuil roulant, la position débout est bénéfique pour la circulation, pour les os et dans le monde du travail, le gyrolift pourrait permettre de mieux s'intégrer, d'occuper autre chose que des emplois de bureau, puisqu'il donne la possibilité de rouler presque partout - exception faite des marches d'escaliers ou des trottoirs non aménagés - et de se déplacer presque comme n'importe quelle personne valide.

Les concepteurs de cette solution sont Eric Monacelli - maître de conférences à l'UVSQ et Lambert Trenoras- doctorant en génie informatique-automatique-traitement du signal, dont la thèse porte sur ce prototype. La prochaine étape pourrait se concrétiser au travers d'une création d'entreprise.